La loi de Pinel est un programme de défiscalisation touchant principalement le secteur immobilier. Elle offre d’énormes avantages aux propriétaires qui décident de faire un investissement dans la pierre.

Description simple de ce qu’est la loi de Pinel

Ce dispositif de défiscalisation a été mis en place depuis le 1er septembre 2014. Il a juste remplacé la loi de Duflot qui accorde une diminution d’impôt de 18 % aux logements neufs mis en location pendant 8 ans. Aussi, c’est un affaiblissement fiscal destiné spécialement aux biens immobiliers neufs. Il est en œuvre dans certaines régions de France, surtout dans les zones en pleine urbanisation et avec un plan d’urbanisme. Il existe des conditions à remplir pour l’intégrer comme la réalisation d’investissement locatif pendant une durée prédéfinie et le respect de la norme de loyer imposé par la loi. À la différence de son prédécesseur, la loi de Pinel est plus flexible. Elle propose 3 possibilités. Les propriétaires d’habitation neuve peuvent mettre leurs biens en location durant une durée de 6, 8 ou 9 ans. En contrepartie, ils bénéficient d’une réduction d’impôts de 12 %, 18 % ou 21 % du prix d’achat de leurs biens. Chaque année, ils ont la possibilité d’introduire 1 à 2 nouveaux biens dans le programme. Le montant de la défiscalisation est calculé suivant un prix de base fixe de 5 500 euros par mètre carré. Toutefois, son montant global est plafonné à 300 000 euros et n’est donc pas cumulable.

Simuler son investissement avec le programme de Pinel

Un bon investisseur ne fonce jamais la tête baissée. Avant de passer à l’acte, il n’hésite pas à réaliser une étude de faisabilité, en procédant à une simulation loi pinel sur loipinel.defiscalisation.me. C’est un moyen rapide et facile, permettant d’évaluer préalablement la rentabilité de l’investissement. Pour le faire, il faut se fier au simulateur sur loipinel.defiscalisation.me. C’est un outil accessible gratuitement et sans engagement. Il est très simple à utiliser et respecte scrupuleusement la confidentialité. De plus, les données qu’on lui communique ne risquent pas d’être utilisées à d’autres fins. Parmi les informations qu’il demande sont la superficie du bien, son montant d’achat, sa valeur annuelle, le plafond du loyer appliqué, le montant du loyer mensuel, l’augmentation du loyer par an, la garantie du loyer et les charges locatives. Grâce à ces renseignements, le simulateur révèle de façon détaillée la réduction d’impôt pendant les années choisies, le taux de rentabilité interne en correspondant et le surplus de trésoreries remportées par an.